eBooks dans le monde (épisode 1) : l’Argentine

2010/12/21 § 1 commentaire

Y’a « longtemps » (ce blog a 3 mois, donc tout est relatif hein ) que je prévoyais d’écrire des articles sur la situation du livre numérique dans le monde.

Et voilà que ces salauds d’eBouquin.fr ont piqué mon idée sans le savoir ! Ca s’appelle du plagiat par anticipation, non ? :-)

Bon, en effet, j’avais commencé à écrire un article sur l’Argentine en octobre, il y a 2 mois, parce que j’ai un pote argentin dans ma promo et que mon père est fan de son pays (plus précisément de Borges, comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire). C’était l’occasion de leur faire un clin d’oeil à tous les deux.

Je publierai donc, de temps en temps, selon les infos que je trouverai, des billets sur les eBooks dans le monde, parce qu’y’en a que pour l’Europe et les U.S.A. Et quand y’en a marre, y’a corbillard.

Le rapport du CAL

Si je me fie au Libro del Camara Argentina (CAL), la Chambre du livre argentin, seulement 5 % des livres produits l’an dernier étaient des eBooks.

Cet organisme, qui rassemble par ailleurs 500 éditeurs, a rendu public une étude indépendante sur la numérisation des contenus, l’évolution de l’offre et de la demande.

Le rapport préconisait la création d’une offre significative et d’une plateforme, selon le modèle allemand de Libreka (adoptée par 600 bibliothèques et éditeurs) et de Libranda, portail espagnol, aujourd’hui pourtant très critiqué.

Jorge Luis Borges sur l'iPad-Kindle en Argentine ? Peut-être pour après-demain.

Inquiétude et opportunités

Cette plateforme manque toujours. Depuis les années 30, rien n’a vraiment évolué dans le pays.

L’arrivée du numérique permet de déplacer les frontières en obligeant les acteurs à réfléchir sur une situation aujourd’hui menacée : « pour la première fois, note l’un d’eux, nous pouvons discuter de toutes les hypothèses de l’industrie du livre ».

Tous n’y voient évidemment pas une chance. On observe une inquiétude liée à la fermeture probable des librairies.

L’une des solutions trouvée, également adoptée par les librairies françaises, est de vendre du numérique…dans les librairies physiques.

Mais dans l’ensemble, la chaîne éditoriale est encore réticente à cette émergence.

Les obstacles

La difficulté d’implantation du numérique en Argentine tient à plusieurs facteurs (j’ai repéré l’info via ActuaLitté) :

  • Le dumping est interdit dans ce pays, ce qui empêche a priori Amazon d’y faire carrière. L’entreprise semble y avoir trouvé un moyen de pénétrer le marché puisqu’elle y vend aujourd’hui son Kindle.
  • Le marché anglo-saxon pratique des prix beaucoup trop élevés pour les revenus moyens d’un argentin
  • Le piratage (10 à 15 %) des livres de Borges, Bioy ou Eco
  • La principale plateforme (Musimundo) vend certes 20 000 titres mais il s’agit pour la plupart de PDF…

Maigre consolation, l’expression « livre électronique » est rentrée dans le dictionnaire de l’académie royale espagnole.

Buenos Aires, capitale mondiale du livre 2011

Les choses pourraient cependant changer cette année. Buenos Aires a en effet été nommée capitale mondiale du livre par l’Unesco pour l’année 2011.

La ville est également invitée d’honneur du Salon du Livre de Paris 2011…J’aurai donc l’occasion de suivre ça de très près et d’actualiser ce billet.

Peut-être que Borges, Boy et Cortazar n’attendront finalement pas trop longtemps pour être lus massivement sur des écrans. :)

Publicités

§ Une réponse à eBooks dans le monde (épisode 1) : l’Argentine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement eBooks dans le monde (épisode 1) : l’Argentine à SoBookOnline.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :