Comment discuter d’un livre ? Typologie de la lecture sociale

2010/12/01 § 3 Commentaires

Hubert Guillaud rapporte sur son blog une intervention de Bob Stein de l’Institut pour le futur du livre sur la lecture sociale.

Première remarque : elle renvoie à un peu tout et il est donc nécessaire de proposer un listage de ce qu’elle est.

Quatre catégories

Quatre catégories sont proposées par Stein :

  • Discuter d’un livre en personne (face à face)
  • Discuter d’un livre en ligne : sur des forums, des blogs littéraires, des sites spécialisés (Shelfari, Goodreads, Librarything, Amazon, Babélio, etc.), des sites de bookmarking (Digg, Delicious, Zotero…), des applications (Kobo sur la tablette Blackberry)
  • Discuter d’un livre dans un groupe (en classe ou dans un club)
  • S’engager dans une discussion dans les marges du livre (en ligne) : avec CommentPress, DigressIt, BookGlutton, BookStrapping

Incapacité à lire seul

La dernière correspond à la lectura, telle qu’on l’entendait avant le XIII°s, c’est-à-dire à une pratique du commentaire dans les marges, avant qu’elle ne devienne une technique d’explication de texte.

Cette même pratique correspond aujourd’hui à deux types de lecture : monastique, approfondie (on médite le texte); plurielle, divertie (on ne fait pas que méditer les commentaires des autres lecteurs : on les visualise, on en est entouré, peut-être gêné). La seconde forme semble avoir pris des proportions démesurées.

La lecture solitaire, pas très naturelle ?

Ainsi, le PDG de Pinguin s’inquiétait de ce que nous serions devenus incapables de pratiquer la lecture immersive.

George Steiner, dans un livre d’entretiens, faisait lui aussi remarquer que les commentaires prenaient de plus en plus de place. Dans le même temps, il observait que notre génération avait des difficultés à lire dans le silence.

Il y a sans doute un lien, entre notre besoin d’entrer par le texte à travers le commentaire des autres, et la difficulté à gérer notre solitude. Après tout, la lecture solitaire est une pratique tardive (on lisait auparavant à haute voix), qui se développe vers le IX°-X°s.

Deux modèles qui coexistent

Mais les modèles de lecture ont coexisté. Ainsi, au XIV°s, si les étudiants utilisaient des compilations de résumés pour « entrer » dans l’oeuvre, par la lecture d’un autre, à la fin du XIV°s-début XV°s, un groupe de jeunes lettrés mené par Niccolo Niccolini opèrait une révolution radicale. Ils mirent à la mode un type de livres de format réduit avec un texte dégagé de tout commentaire.

Aujourd’hui aussi, alors que la lecture sociale et la pratique du commentaire se développent, les éditions Gallimard avec la collection Quarto ou les fonctions de non-visualisation des passages soulignés/commentaires des liseuses, éditent un texte sans annotations, débarrassé de la rumeur du commentateur et de la communauté…

Publicités

§ 3 réponses à Comment discuter d’un livre ? Typologie de la lecture sociale

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Comment discuter d’un livre ? Typologie de la lecture sociale à SoBookOnline.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :