Promouvoir le livre papier avec le jeu vidéo

2010/11/27 § 6 Commentaires

Vu sur youtube (merci au Faucon, geek japonais ;-) une étonnante idée : pour pouvoir avancer dans son jeu, le joueur est amené à consulter des indices dans un livre.

C’est du cross-média : il y a simultanéité des actions à partir de supports médiatiques différents.

Le jeu s’appelle « Ni No Kuni » et a été réalisé…par Miyazaki (« Le Voyage de Chihiro », « Princesse Mononoké », « Totoro »)

Quelques remarques :

  • C’est ici le rêve d’une parole performative qui est réalisée :  des signes, d’abords inscrits sur la page d’un livre, puis dans un jeu vidéo, produisent des actions. La parole-signe a donc une action mesurable.
  • Si la feuille communicante n’est pas encore arrivée dans le grand public, le jeu communicant via plusieurs supports semble mature. C’est le même principe : passage d’une information d’un support à un autre par l’intermédiaire d’une action humaine. On parle alors de cross-média.
  • La communication a ici une valeur éducative (le rapport mère-fille), ce qui explique que le jeu, contrairement à la promesse de nomadité de la Nintendo DS, ne se pratique pas vraiment à l’extérieur (il neige, d’ailleurs, dans la vidéo). On doit ainsi pouvoir transporter un livre avec soi, en plus de la console.
Publicités

§ 6 réponses à Promouvoir le livre papier avec le jeu vidéo

  • abu bû dit :

    Je pense qu’on peut même parler de stratégie cross-média. L’idée étant de créer des synergies entre différents supports.(livre, tv, jeux…) mais il est plus fréquent de voir converger des BD et jeux vidéos plutôt que de vraies histoires écrites sans images:(
    Regarde du côté de Wakfu !

    Ps: Miyazaki

  • Yep, c’est corrigé :)

    Bien foutu aussi Wakfu. Ce qui m’a étonné avec Ni No Kuni, c’est d’abord l’investissement de Miyazaki; ensuite la valeur donnée au livre. Ici, en plus d’être un moyen de l’action, c’est un élément à part entière qui n’est pas seulement traversé par une histoire commune, mais en propose des compléments (contes).

    Mais dans les deux cas, ce qui est en jeu, c’est la viabilité de l’histoire. En fait, pour faire durer un jeu, on peut soit sortir des extensions à la Blizzard, soit multiplier ses entrées sur différents supports. Dans le premier cas : viabilité chronologique; dans le second : arbre à ramifications.

    Et dans tous les cas, j’aurais dû mieux écouter les cours à l’Ina :-)

    Merci Abû Bûûûû !

  • abu bû dit :

    Comme tu le décris la je crois qu’il s’agit un peu plus de transmédia finalement. La distinction n’est pas évidente mais voila une petite définition : « le transmédia ce sont des histoires complémentaires racontées sur plusieurs média. Il oppose le transmédia au crossmédia ou au plurimédia où un contenu est décliné sur plusieurs média. »
    Définition du transmedialab au passage, et pourtant on les avait en direct…c’est ça de vouloir faire mumuse avec son ipad:)
    En vidéo: http://vimeo.com/10258017

  • abu bû dit :

    …au passage la vidéo ne répond pas du tout à la question;) aussi confuse que ce concept de trans, cross, pluri, global…

  • J’ai une amie, qui a travaillé sur ces questions, qui va me pondre un petit article, histoire de faire un peu la part des choses…:)

  • […] ma part, je crois en effet que les deux vont coexister (voir l’exemple de Miyazaki). Ce que craignent les éditeurs traditionnels, c’est une réévaluation de leurs […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Promouvoir le livre papier avec le jeu vidéo à SoBookOnline.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :