Louez vos livres avec ChronoBook !

2010/11/19 § 1 commentaire

Etonnante idée développée et lancée le 14 novembre par ChronoBook (merci Abû Bû pour le lien ;) : le prêt de livres, livrés par un coursier, avec une formule d’abonnement. C’est similaire à ce qu’offrira le portail 1001librairies : commande chez l’un des libraires partenaires, proche de chez vous, et livre disponible en 2 heures (contre les 24-48 heures de ChronoBook).

Avec cette différence : c’est vous qui allez chercher vos livres avec 1001 librairies. Deux concepts semblables (le rapport au livre physique), en apparence fous à l’heure numérique, avec deux approches différentes : le premier pousse le lecteur à entretenir un contact avec la librairie, pour y découvrir un centre culturel et d’autres offres; l’autre fait le pari du service à domicile sur abonnement.

Trois modes d’abonnement

Concrètement, ça fonctionne comment ? Parce qu’Amazon, la Fnac et compagnie livrent aussi à domicile, en 48 heures…Sauf qu’ils ne proposent pas de prêt de livres tangibles (ou matériels). En gros, trois types d’abonnement (sans engagement) sont proposés :

Imaginons donc que vous soyez un « lecteur passionné » : pour 30 euros/mois, vous avez droit à un nombre illimité de livres, « livrés chez vous 3 par 3 ». Ce qui correspond en fait à un maximum de 90 livres/mois (chuis mauvais en math, mais ça me semble correct ;) dans des conditions de livraisons et de remises optimales (24 heures). Bon, c’est plus qu’on ne peut en lire…L’argument « illimité » est ici juste un effet promotionnel. On ne consomme pas des livres comme on consomme de la musique.

Conditions

  • Livre et restitution

Livre de prêt = restitution, comme à la bibliothèque ? Non. Il n’y a pas de « pénalités de retard », qu’autant que vous êtes abonné. Mais pour recevoir les trois suivants (dans le cas d’un abonnement illimité), vous devez rendre ce que vous possédez déjà…

Ce qui veut dire (si j’ai bien compris) que vous ne pouvez pas vous constituer une bibliothèque physique de 1080 livres/an chez vous, mais que vous pouvez avoir accès (à condition que vous les commandiez/rendiez toutes les 24 heures) à 1080 livres/an, en abonnement illimité. C’est ici une situation fictive que je pousse jusqu’à son extrême.

Vous voulez rendre des livres ou souhaitez ne plus vous abonner ? ChronoBook a là aussi prévu le truc…Un coursier est chargé de les récupérer, au moment où vous en commandez d’autres (premier cas). Dans le second cas (rupture d’abonnement), la société se charge d’enlever les livres chez vous, 7 jours maxi après la demande de résiliation. Vous avez aussi la possibilité de garder les livres, mais faudra passer à la caisse. Ils sont pas fous non plus…

  • Gérer sa liste

Vous avez aussi la nécessité de gérer une liste de 10 livres. Ce qui veut dire : si vous n’avez besoin que 2 de livres (première formule), vous devez quand même penser aux livres suivants et renseigner l’heure et le lieu de rendez-vous (Paris et proche banlieue pour l’instant).

C’est ici une manière de créer une « liste d’attente » des livres prêtés et pour la société d’organiser son système sur le long terme.

Le catalogue

Je suis toujours abonné illimité. Est-ce que ça vaut le coup pour l’instant ? Non. Il n’y a que 250 livres disponibles (d’après mes calculs approximatif ssur les doigts; je peux me tromper). Ce qu’on y trouve : des livres de cuisine, de polars, de romans d’auteurs célèbres (Notomb, Lemoine, etc.).

Perso, je suis notamment étudiant en Master recherche en info-com’ (spécialisé dans le livre numérique, of course), c’est un service qui m’intéresserait pas mal, mais dans le cas de livres universitaires…que j’achète souvent par ailleurs (le prêt est donc ici convertible en achat).

L’idée est donc bonne et pari sur un phénomène bien connu : je veux pouvoir garder les livres que je ne lirai jamais, pour les avoir sous la main, « au cas où ».

Questionnements

Le tout est de savoir :

  • Si les livres prêtés font généralement l’objet de prêts (concurrence possible des bibliothèques). Si je me souviens bien, quand j’étais stagiaire à l’Alcazar (la grande bibliothèque de Marseille) il y a quelques années (pardon pour toutes ces imprécisions, mais je cite vraiment de mémoire), les livres les plus prêtés étaient des romans (policiers, polars)…On peut donc croire qu’il n’y a pas de cannibalisation des prêts de bibliothèques dans ce cas (et si c’était le cas, le service à domicile pallierait ce problème). Elles mettent en effet plusieurs semaines/mois à intégrer les nouveautés.
  • Si le fait de recevoir un livre à domicile est une réelle plus-value (justifiant l’abonnement). Auquel cas, le service s’adresserait à des catégories socio-professionnelles ciblées, auxquelles ni les horaires des bibliothèques ni le prêt de livres numériques (lancé par Amazon et Barnes & Noble).

    Je pense aux « cadres et professions intellectuelles supérieures » qui lisent, selon les statistiques 2009 du Ministère de la Culture, un livre/mois ou plus.

    Même s’ils sont les plus nombreux à être inscrits en bibliothèque (Enquête 2008 sur les pratiques culturelles des français), ils ne sont peut-être pas ceux qui ont l’occasion d’y aller (sensibilisés à la culture mais sans pouvoir l’approcher autant qu’ils le voudraient).

  • Si le prêt est convertible en intention d’achat (ce qui expliquerait le choix ciblé des livres prêtés, déterminé en fonction des livres qu’on aime-avoir-chez-soi-mais-qu’on-n’ouvre-jamais, comme les livres de cuisine). Ici, vu les ouvrages proposés (livres pratiques en majorité), je comprends mal la cible (cadres et professions intellectuelles). Le service semble leur être adressé mais le catalogue est peu adapté.

    Selon l’Enquête 2009 sur les pratiques culturelles des français, ils lisent en effet peu d’ouvrages pratiques (5 sur 306). Ce sont ici surtout les ouvriers, les femmes au foyer et les chômeurs qui sont concernés (qui lisent aussi des romans policiers et d’espionnage). Point positif : ce sont aussi ceux qui sont le moins inscrits en bibliothèque…donc susceptibles de louer. Mais quel pouvoir d’achat ont-t-il pour se le permettre ?

Conclusion

Bonne idée, donc, qui parie justement sur la bonne existence du papier et du livre numérique, de l’attachement des lecteurs à l’objet (c’est la conclusion de l’atelier PBN Paribas du Forum d’Avignon sur l’Impact des technologies sur la culture et les médias), dans cette période de transition.

Cependant, il reste à mieux cibler ce service par l’extension et le choix d’un catalogue adapté aux catégories susceptibles de louer des livres, compte tenu de leur emploi du temps et de leur pouvoir d’achat.

Publicités

§ Une réponse à Louez vos livres avec ChronoBook !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Louez vos livres avec ChronoBook ! à SoBookOnline.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :