Le Kno sur le marché de l’éducation : quelles perspectives ?

2010/11/09 § 1 commentaire

Deux modèles

Depuis hier, on peut précommander des Knos, les fameux eReaders de la société Kno Inc, orientés éducation.

Deux modèles sont proposés : l’un, qui a fait sa réputation à 899 dollars(le-double-écran-qui-ne-sert-à-rien-mais-en-fait-si-quand-on-y-pense), et l’autre, avec un seul écran, vendu 599 dollars. Ils devraient être livrés en fin d’année d’après Campus Technology.

Fonctions et applications

La société Kno veut envahir le marché de l’éducation, très porteur (62 milliards d’investissement d’ici 2013 aux U.S.A), et s’appuie sur des éditeurs importants.

Son eReader devrait permettre de prendre des notes, d’accéder à des contenus éducatifs, d’aller sur internet et de partager du contenu, en plus de tout ce qui est présupposé (multimédia, multitâches, synchronisation, etc.).

Bien évidemment, le Kno aura son App Store…Mais rassurez-vous, amis développeurs, qui n’en pouvaient plus d’adapter vos applications aux 36 000 stores qui poussent, la société annonce que ce sera aussi facile que de créer un website…Heu, ouais, mais on parle de quel website ? Un truc automatisé, un CMS, où une grosse plateforme pleine de PHP et cie ? :-)

Concurrents

Un concurrent pas très sexy : l'Entourage Edge

Face à l’Ipad (jugé indispensable par un professeur américain), qui propose déjà des centaines d’applications de références (dictionnaires, prises de notes, calepin numérique, lecteur multiformats etc.), le Kno pourrait s’en tirer, grâce à son double écran, concurrent du Kakai et de l’Entourage Edge. D’un côté, le cours, de l’autre une application de notes : voilà un scénario envisageable.

Il devra également se montrer réactif, caractéristique déjà très attendue des étudiants et des professeurs de Princeton et de la Darden Business School (Virginie), qui avaient déjà pu épingler le Kindle DX dans ce domaine, peu novateur face au Kindle de base, jugé suffisant et même convaincant par une école du Ghana où les besoins en multimédia (pardon pour cette remarque néocolonialiste) sont un peu moins importants. Le prix du Kindle explique peut-être la facilité de cette implantation…

Dépense des étudiants

Pas chiiiiir, pas chiiiiiir la tablette de Marvel

Car je vois mal comment le Kno avec ses 900 dollars (je ne pratique pas le prix psychologique à 899 dollars ;-) va bien pouvoir conquérir le marché universitaire, à moins de subventions. Les étudiants n’étaient en effet prêts, en 2002, d’après le rapport Edition universitaire et perspectives – étude 2002, qu’à dépenser 100 euros/an pour leurs livres, qui peuvent être aujourd’hui comparés aux livres-applications…mais sans avoir à débourser 900 dollars au départ (et même si les livres seront vendus 30 à 50 % moins cher que leurs équivalents papier) !

Certes, certes, elle fait un peu tout cette tablette, elle permet une convergence des médias mais à ce prix-là, Marvell, qui a annoncé une tablette éducative à 100 dollars, s’en sortira aussi bien…Elle devra en fait surtout développer son écosystème et le peaufiner (pas étonnant, donc, que la tablette sorte en édition limitée dans seulement 10 universités).

L’écosystème

L’année dernière à l’Ina/Enst en multimédia, on avait réfléchi, avec des camarades, à un eReader pour étudiants (le uReader). Le double écran était là, de format A4, conformément aux désirs des étudiants (selon une étude de l’université de Bordeaux, de mémoire). Le prix, après études, tournait autour de 250 euros. Rien de très extraordinaire.

L’innovation portait en fait sur un système de notes assez poussé et un écosystème qui agrégeait des contenus, rassemblait, dans une seule interface, des catalogues, documents, podcasts et revues en phase avec chaque programme universitaire.

Car aujourd’hui, ce qui manque, ce ne sont pas les ressources (il existe des millions de documents gratuits, voir ma page sur les bibliothèques, et le Kno store devrait être compétitif en quantité) mais bien une interface d’agrégation et de partage de contenus. Une façon, donc, pour le professeur de retrouver sa classe sur une interface commune qui facilite les recommandations et les « bonus » du cours.

Les constructeurs l’ont très bien compris (Barnes & Noble proposera bientôt un App Store) et c’est pourquoi le Kno facilitera la création d’applications, c’est-à-dire d’un écosystème propriétaire, séduisant, auquel on ne pourra avoir accès qu’en achetant sa tablette. La vidéo de présentation de la tablette impressionne également et fait du Kno un outil réactif, constamment connecté et réadaptable :

C’est donc bien autour des services, de l’organisation intelligente des contenus, que se jouera la prochaine bataille de l’édition numérique.

Publicités

§ Une réponse à Le Kno sur le marché de l’éducation : quelles perspectives ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Le Kno sur le marché de l’éducation : quelles perspectives ? à SoBookOnline.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :