Mon avis sur la nouvelle gamme d’E-Readers de Sony

2010/09/06 § Poster un commentaire

Entrons dans le sujet, sans châpo-bâteau journalistique idiot (du genre « tous les regards sont en ce moment tournés vers l’IFA 2010, grande messe des amoureux du high tech »). Donc, pour faire court : tous les regards sont en ce moment tournés vers l’IFA 2010 (du 3 au 8 septembre à Berlin), grande messe des amoureux du high tech (mais que je suis taquin…). Sony y a présenté sa nouvelle gamme de Readers. Ici, une vidéo promotionnelle :

Et là, quelques remarques en vrac (sans photos, j’arrive pas à les ajouter joliment aujourd’hui…) :

  1. La gamme semble s’adresser, comme toujours avec les liseuses de Sony, à une classe sociale aisée, en déplacement permanent, djeuns et new-yorkaise, consciente de faire partie d’un club (et le « Cercle Reader » les accueille volontiers).
  2. La stratégie du groupe est donc de se démarquer face aux concurrents : l’expérience est mise sur celle du lecteur et les conditions dans lesquelles il lit (à la plage, au parc, dans un bar, à la maison, en voyage…manque plus que les toilettes). On ne le brusque pas trop : on lui raconte une histoire sur les lieux où s’exercent sa lecture. Sony veut juste marquer une évolution : ce sera pareil. Les arguments donnés, pour franchir le cap, date de la première liseuse, la défunt Cybook de Cytale (2002) : batterie, nombre de livres, dictionnaires…On aurait pensé ces arguments acquis…
  3. Avec le Sony Reader, on s’immerge, on est totalement concentrés, sans distraction : la musique, d’ailleurs, rappelle celle qu’on pourrait écouter dans un box-cocooning (A tel point, d’ailleurs, qu’elle met à distance avec l’objet promotionnel – elle est mal choisie). L’intérêt porté à la connectivité est donc mince. Rien sur les livres sociaux (l’argument n’est pas mentionné), bien que Sony encourage à l’écriture collaborative, sur son « Cercle Reader ». On s’adresse donc surtout aux lecteurs. C’est astucieux : plutôt que de reconnaître ses difficultés à mettre en place un réseau, présent dans l’architecture même du livre (devenu lieu), Sony préfère en faire une force (un peu comme l’Ipod Shuffle : « Vous n’avez pas d’écran ? Mais c’est trop cool ! Vous découvrez la musique au hasard ! »).
  4. La réactivité : elle est trop lente (une seconde au moins pour qu’un mot sélectionné soit souligné ! Oh my god, ch’pas si vous vous rendez compte quoah) : Sony semble avoir toujours un train de retard sur ses concurrents. Mais c’est qu’il ne veut pas aller à la même vitesse. L’expérience du lecteur est préférée à la course aux technologies. On verra bien si ce raffinement est payant (très journalistique cette conclusion « j’me mouille pas » quand même ;)).
Publicités

Tagué :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Mon avis sur la nouvelle gamme d’E-Readers de Sony à SoBookOnline.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :